Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

RJEH : quand des jeunes entrepreneurs s’unissent pour « combattre la mentalité de caste »

jeudi 26 mars 2015 par Bill

De décembre 2010 à nos jours, le RJEH a toujours été un espace constitué de jeunes fleurons de l’entrepreneuriat qui croient au développement d’Haïti. Ensemble, ils ont déjà réalisé près d’une dizaine de projets

Au 52, rue Blaise, Delmas 33 (Siloé), un building non encore peint s’impose. Déjà, depuis plus d’une année, de jeunes entrepreneurs faisant montre d’un optimisme surréaliste s’y rencontrent pour parler affaires, développement économique… loin du bourdonnement des politiciens de Port-au-Prince. « Il y a nécessité de se mettre ensemble pour concrétiser des projets en commun », avance, depuis son bureau, Guy Emmanuel Thomas, président du Réseau des jeunes entrepreneurs haïtiens (RJEH). Ici, ces jeunes, qui se veulent différents et qui ne se plaignent pas du pays qui ne leur offre rien, se projettent dans l’avenir avec les yeux grands ouverts.

De décembre 2010 à nos jours, le RJEH a toujours été un espace constitué de jeunes fleurons de l’entrepreneuriat qui croient au développement d’Haïti. Ensemble, ils ont déjà réalisé près d’une dizaine de projets. « Nous donnons de la valeur ajoutée au pays, que ce soit en matière de création de richesse au niveau de l’économie mais aussi sur le plan culturel et social en mettant l’homme haïtien en valeur », a expliqué, très décontracté, Guy Emmanuel Thomas, qui croit qu’il est impérieux en Haïti de primer dorénavant les intérêts collectifs sur les intérêts individuels. Il faut créer, en symbiose, de grands projets d’entreprises plutôt que chacun se cloître dans son petit monde avec un petit business, poursuit-il, comme pour dire qu’il faut s’évertuer à combattre la mentalité de caste pour la création de plus de richesse susceptible de booster l’économie nationale.

Entre autres activités réalisées en l’espace de plus de quatre ans, le RJEH a assuré la formation de plus d’un millier de jeunes à travers le pays dans le domaine du développement personnel, le leadership et l’entrepreneuriat, a mis en place le réseau national du RJEH dans six département et a lancé sept projets d’entreprises pilotes. Comme de la cerise sur le gâteau, la jeune association, contrairement à d’autres d’ici, dispose aujourd’hui de son propre siège social dont la construction a coûté plus d’un million de dollars. Qu’est-ce qui a expliqué cette promptitude à l’avoir ? « On n’est pas obligé d’être comme tout le monde », a répondu Guy Emmanuel Thomas. Et d’ajouter, entre un brin de satisfaction et un ricanement : « « Vu la dimension de notre rêve, nous avions voulu faire quelque chose de grandiose. »

« Mais on l’a construit grâce à la participation de tout le monde », s’est empressé de préciser Guy Emmanuel Thomas, diplômé en économie à l’Université Quisqueya (UNIQ). À ses yeux, cette réalisation n’aurait pas été possible sans l’implication de tous les membres du groupe. « Chacun y allait de ses moyens. Certains ont fait don de blocs, d’autres de fer ou de ciment […] On sait où l’on est, on sait où l’on va. »

Au demeurant, le RJEH, qui compte plus de deux cents jeunes entrepreneurs comme membres, ne tient désormais qu’à sa caravane des jeunes entrepreneurs qui doit débuter en juin prochain. Celle-ci, en effet, consistera à promouvoir la créativité, l’innovation et les grandes réalisations de la jeunesse haïtienne, qu’elle soit en Haïti ou à l’étranger. « On veut mettre sous les feux de la rampe les jeunes entrepreneurs haïtiens, des entreprises haïtiennes, de jeunes leaders haïtiens, des start-up haïtiennes […] », a expliqué le numéro un de l’organisme, faisant ressortir la nécessité d’interconnecter les jeunes entrepreneurs haïtiens de la diaspora mais vivant dans des pays divers.

Du 8 au 29 juin, les jeunes entrepreneurs du RJEH seront dans la patrie de John Fritzgerald Kennedy. De la Floride, Jacksonville, Pennsylvania… jusqu’à Washington DC, ils vont vendre ce qu’ils auront apporté dans leur besace à la pléthorique diaspora d’Haïtiens de l’Amérique. Ensuite, Ils vont répéter la même démarche en France, en Belgique, au Canada. Mais au préalable, de jeunes Haïtiens des coins les plus enclavés du pays auront la chance de les rencontrer, toujours dans le même objectif : faire du réseautage et développer des partenariats entre les jeunes entrepreneurs haïtiens et de jeunes entrepreneurs du reste du monde…

Auteur : Juno Jean Baptiste

jjeanbaptiste@lenouvelliste.com


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 1079 / 263673