Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Pour un secteur portuaire modernisé

mardi 13 août 2013 par Bill

La nécessité de moderniser le secteur portuaire dans le pays pousse des spécialistes dudit secteur à se réunir en symposium pendant deux jours. Ils souhaitent qu’il y ait un secteur portuaire modernisé au service d’une économie en développement.

Ce symposium sur la modernisation du secteur portuaire haïtien a été ouvert ce lundi 12 août, à Pétion-Ville, sous la houlette de l’Autorité portuaire nationale (APN). Cette activité permettra de faire le point sur la situation des infrastructures portuaires dans le pays. C’est aussi l’occasion de faire connaître l’importance que revêt une institution comme l’APN pour le pays. « A travers les ports, l’APN assure la réception et l’expédition de près de 90% des biens échangés avec l’extérieur. Il convient de rappeler que 73% de la consommation locale provient de l’importation. Donc, une bonne gestion des ports aura des répercussions positives sur le coût de la vie, la création d’emplois et la compétitivité de l’économie nationale », lit-on dans un document publié au cours du symposium.

Pourtant, la situation du secteur portuaire haïtien laisse à desirer.« Le domaine portuaire haïtien est assez peu développé, a affirmé le ministre de l’Economie et des Finances (MEF), Wilson Laleau. Cela pose un ensemble de problèmes même au développement de l’économie nationale. Car, nous savons que la communication et le transport constituent l’un des principaux moyens d’améliorer la productivité d’une économie. Il est important de connecter les zones de production aux zones de consommation et aussi le pays avec le reste du monde en matière commerciale. Sur le plan géographique, Haïti a un positionnement extraordinaire ; cependant, nous ne pouvons en profiter puisque les investissements qui se font dans le secteur portuaire sont limités pour des raisons diverses. »

L’une de ces raisons non débroussaillées par l’actuel titulaire du MEF a été avancée clairement par le directeur de l’APN, l’ingénieur Alix Célestin. « Nous constatons que le pays dispose des infrastructures portuaires les plus désuètes de la Caraïbe. Alors qu’il fut un temps Haïti était une référence en matière d’infrastructures portuaires dans la zone caribéenne lorsque la firme Raymond international avait terminé la construction du port de Port-au-Prince. Nous allons voir quelles sont les causes de cette détérioration au cours de ce symposium. Nous allons aussi essayer de trouver des solutions pour pouvoir replacer le pays dans une bonne position sur les routes maritimes. Ceci, afin de tirer le maximum de profits des flux de marchandises qui passent au large de nos côtes. L’économie du pays dépend beaucoup des infrastructures portuaires », a indiqué M. Célestin, ajoutant que ce symposium facilite des échanges entre les acteurs du secteur portuaire et permettra de tirer le pays de l’isolement afin de le placer dans une position stratégique dans le maillon logistique des transports maritimes dans la Caraïbe.

Pour M. Edouard Baussan, président de l’Association maritime d’Haïti (AMARH), une organisation formée afin de répondre au développement croissant et dynamique du secteur maritime, ce symposium permettra de poser les vrais problèmes liés au secteur portuaire haïtien. « D’abord, il n’y a pas que le quai public de Port-au-Prince. Jusqu’à présent, il n’y a pas de cadre légal qui puisse définir clairement comment fonctionne un port. Qui fait quoi ? Comment se répartissent les charges pour les différents trafics ? Car, les membres du secteur privé ne peuvent fonctionner dans un secteur qui ne dispose pas d’un cadre légal. Le cadre légal fixe les règles et met tout le monde sur le même pied d’égalité. Il est important même quand il accuse certaines failles », a avancé le président de l’AMARH, espérant que ce symposium permettra au secteur portuaire de jouir d’un nouveau cadre légal.

Plusieurs objectifs sont visés par les initiateurs de ce symposium qui permettra aux autorités étatiques de mieux comprendre les enjeux socio-économiques liés étroitement audit secteur. « Amener les acteurs étatiques à mieux s’approprier du contenu et des objectifs de la réforme du secteur. Harmoniser le processus de la reforme avec la vision de l’administration Martelly-Lamothe. Conscientiser l’exécutif sur la nécessité de prendre en charge le financement de la construction des infrastructures portuaires. Sensibiliser le Parlement pour qu’il dote le secteur d’un nouveau cadre légal. »

Forts de ces objectifs, les initiateurs disent s’attendre aux résultats suivants : « Un gouvernement conscient de son rôle dans le développement du secteur, notamment dans la perspective de la rénovation de ses infrastructures. En outre, un Parlement convaincu de la nécessité de doter ledit secteur d’un nouveau cadre légal. Et le renforcement de la communauté portuaire dans sa dynamique ».

A noter qu’en 1996, l’Etat haïtien avait pris l’engagement, en adoptant la loi du 26 septembre 1996, de procéder à la modernisation des entreprises publiques. L’APN, dont la mission consiste à assurer la gestion et le développement du secteur portuaire national, a été l’une des institutions concernées.

Jeanty Gérard Junior

Jounty003@yahoo.fr


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 232 / 283318