Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

L’île Maurice et les Seychelles prises en exemple

mardi 30 avril 2013 par Bill

Le Forum économique du secteur privé et le ministère de l’Economie et des Finances ont présenté, ce lundi, deux petits pays de l’océan Indien comme modèle de développement lors de la conférence-débats organisée à l’hôtel Karibe sur le thème « La dynamisation de l’investissement privé en Haïti ». Deux exemples à suivre pour sortir du carcan du sous-développement.

Le secrétaire aux Finances de l’île Maurice, Ali Mansoor, et le secrétaire principal au ministère des Finances des Seychelles, Bertrand Belle, ont été les deux invités internationaux de marque de la conférence-débats du Forum économique du secteur privé soutenu par le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère du Tourisme. Les organisateurs se mettent d’accord que ces deux pays sont des exemples à suivre pour s’inspirer de leurs expériences à succès afin de guider et de renforcer les efforts en Haïti qui visent à l’attraction d’investissements privés générateurs d’emplois et de prospérité.

Dans leur présentation, les représentants de ces deux pays ont indiqué, à une assistance composée des responsables de l’Etat haïtien, des hommes d’affaires et des personnalités de la société civile, la voie à suivre pour progresser sur le long terme. « Il faut principalement investir dans l’éducation et les infrastructures », a déclaré le secrétaire aux Finances de l’île Maurice, ajoutant qu’il faut également investir dans l’énergie renouvelable. « On ne peut pas avoir du développement en négligeant l’environnement », a également fait savoir M. Ali Mansoor.

Pour lui, son pays entame aujourd’hui un développement durable en mettant l’accent sur la croissance. « Le gouvernement ne crée pas de la richesse », a martelé M. Mansoor, disant que le gouvernement de l’île Maurice met en place des mécanismes qui permettent au secteur privé de créer cette richesse indispensable pour les 1,3 million d’habitants vivant sur cette île de 2 040 km2.

Pour lui, Haïti ne doit pas voir sa croissance démographique comme un problème. « Cela devrait engendrer plus de travailleurs et plus d’investisseurs qui sont des conditions essentielles du progrès », a-t-il indiqué, soulignant que le problème du taux de croissance démographique élevé est un problème quand il y a un manque de productivité. « Il faut rendre les citoyens productifs », a-t-il recommandé.

La décision qui a changé l’île Maurice est celle de la réforme opérée au niveau du système fiscal. « Nous avons simplifié le système des impôts, a indiqué le secrétaire aux Finances. Nous avons coupé les taxes et les impôts pour certains et les avons baissés pour les plus riches. » Les responsables de l’île Maurice ont rapidement ressenti les effets des décisions. « Les revenus de l’Etat ont augmenté », a-t-il constaté.

L’île Maurice a connu, depuis son indépendance en 1968, l’une des plus fortes croissances économiques au monde, avec un revenu par habitant progressant de 200 à 9 000 dollars, s’appuyant essentiellement sur le développement de l’industrie textile dans les zones économiques spéciales et le tourisme. Elle enregistre aujourd’hui le meilleur score de l’indice « Doing Business » de l’Afrique et le 19e meilleur score du monde. Elle est considérée comme l’un des leaders mondiaux de l’industrie touristique.

Le secrétaire principal au ministère des Finances des Seychelles, Bertrand Belle, a présenté son pays comme un exemple de réussite dans le domaine du tourisme dans l’océan Indien. Comme l’île Maurice, les Seychelles ont également connu une croissance impressionnante au cours des quatre dernières décennies. Les dirigeants sont arrivés à multiplier le revenu par habitant par sept depuis l’indépendance du pays en 1976. Son économie est essentiellement basée sur le tourisme et la pêche.

La présentation de la réussite de ces deux pays n’a pas laissé le président de la République indifférent, lequel se reconnaît dans l’histoire de ces deux pays. Michel Joseph Martelly, qui dit qu’il y a une collaboration positive et fructueuse entre son administration et le Forum économique du secteur privé, indique que cette conférence-débats doit être suivie par des actions concrètes. « La volonté du gouvernement à accompagner le secteur privé, à créer un climat des affaires favorable en Haïti est manifeste », a souligné le chef de l’Etat.

A partir de ces assises, le ministre de l’Economie et des Finances croit que les attitudes des gens pourront évoluer que ce soit dans le secteur privé ou dans le secteur public. « Le secteur public doit savoir que c’est le secteur privé qui crée l’investissement et la croissance économique, et le secteur privé doit comprendre que l’administration est là pour travailler au bénéfice du bien commun en garantissant les investissements et la croissance », a souligné Wilson Laleau.

« Le gouvernement ne réussira pas sa mission sans l’implication du secteur privé », a fait savoir le Premier ministre Laurent Lamothe, indiquant que son gouvernement est le plus pro-business que le pays n’a jamais connu. Il invite le secteur privé à travailler de manière cohérente avec le gouvernement pour pouvoir donner des résultats. « Les efforts individuels ont des difficultés à donner des résultats satisfaisants », a conclu l’homme d’affaires.

Le coordonnateur du Forum économique du secteur privé, qui est un regroupement des principales associations et chambres de commerce et de plusieurs groupes industriels financiers et commerciaux de la République, dit que cette initiative vise à mettre ensemble le secteur privé et le gouvernement. « On ne peut pas faire un travail de développement sans le gouvernement », a souligné, Stéphane Colas, estimant que c’est pour la première fois qu’il y a une telle collaboration entre le secteur privé, la banque mondiale et le gouvernement haïtien. L’homme d’affaires qui se dit optimiste en l’avenir indique que le forum créé en 2009 vise un élargissement obligatoire de la classe moyenne à travers la multiplication d’entreprises performantes.

Carlin Michel

michelcarlin@yahoo.fr


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 200 / 272374