Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Haïti une fois de plus mal classée

mercredi 12 septembre 2012 par Bill

Le président-directeur général du Groupe Croissance, l’économiste Kesner Pharel, a présenté officiellement à la presse le rapport sur la compétitivité pour l’année 2012 réalisé par world economic Forum dont le Groupe Croissance est le représentant en Haïti. Sur un total de 144 pays, Haïti se trouve à la 142ème place avec une moyenne de 2.9 sur une échelle de 7.


Ce rapport sur la compétitivité ne se base pas seulement sur des indices purement économiques, mais également sur un tas d’autres facteurs tels, santé et éducation primaire, formation supérieure, infrastructures, gouvernance, innovation, sophistication et autres. Pour réaliser cette étude, pas moins de cent indices et douze catégories de compétitivité ont été pris en compte afin d’évaluer le niveau compétitivité du pays, c’est-à dire le temps mis par un pays pour produire des biens et services.

Ce rapport met l’accent sur un ensemble de facteurs susceptibles de perturber l’environnement d’affaires à travers les pays. Dans le cas d’Haïti, les facteurs les plus problématiques pour entreprendre des affaires sont les suivants : problème d’accès au financement, corruption, offre inadéquate d’infrastructures, instabilité politique, instabilité gouvernementale, criminalité...

Pour réaliser le classement, les responsables se basent sur trois grands groupes de facteurs. Les premiers, intitulés « exigences de base » se rapportant aux institutions publiques, aux infrastructures et l’environnement macro-économique, comptent pour 60 % de la note. Les autres sont les facteurs d’amélioration et d’efficacité, tels enseignement, santé, formation professionnelle qui représentent 35 %. Puis les facteurs de sophistication et d’innovation qui concernent surtout le secteur privé des affaires et comptent pour 5 %.

En ce qui concerne la performance des institutions publiques, Haïti est classée 143ème avec une note de 2.5 sur 7. Pour ce qui a trait à l’existence des infrastructures de base et les facteurs d’amélioration et d’efficacité, elle occupe la 144ème place avec respectivement un score de 1.5 et de 1,9 sur la même échelle mentionnée ci-dessus.

La situation est quasiment la même pour les autres facteurs. Le pays a obtenu son meilleur score dans seulement les facteurs ayant rapport à l’environnement macro-économique et à l’efficacité du marche du travail. Elle est classée respectivement 86ème et 83ème.

Suisse, Singapour, Finlande et Suède occupent les quatre premières places du classement et au bas se trouvent la Guinée, Haïti, Sierra Leone et Burundi. Il faut aussi rappeler qu’en 2011 sur un total de 142 pays, Haïti avait occupé la 141ème.

Noclès Débréus


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 145 / 282592