Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Haïti : La BID veut aider la AIC à étendre les produits et services d’assurance

mercredi 11 avril 2012 par Bill

Haïti : La Alternative Insurance company S.A (AIC) va bénéficier d’un prêt de deux millions de dollars de la Banque interaméricaine de développement (BID). Ce financement qui entre dans le cadre d’un programme de la BID intitulé « Opportunités pour la majorité » (OMJ), permettra à la AIC d’élargir les services d’assurance offerts aux clients à faible revenu.

Ce prêt est le premier du genre approuvé par la BID pour une entreprise privée haïtienne. Ce qui constitue évidemment une preuve de l’engagement stratégique de la AIC à offrir des produits d’assurance à tous les Haïtiens et à la population la plus vulnérable du pays, par l’intermédiaire de produits traditionnels et ceux du marché de masse, informe un communiqué de la AIC.

Pour les responsables de la compagnie haïtienne, ce partenariat entre la BID et la AIC est une preuve que l’entreprise offre une gamme de produits adéquats pour l’amélioration de la qualité de vie de tous les Haïtiens. Il reflète aussi l’engagement de la AIC, au développement et à la commercialisation des produits innovants pour les familles en besoin.

Ce geste de la BID envers un des fleurons du secteur des assurances en Haïti peut constituer un stimulus pour l’économie haïtienne quand on connait l’importance des services d’assurance pour le développement économique et social d’un pays. A ce sujet, Olivier Barrau, le , P.D.G. de la AIC a indiqué : « Un produit d’assurance peut positivement influencer la capacité des familles à faible revenu à faire face à des situations difficiles et comme nous le savons, 80 % de la population d’Haïti est vulnérable ».

Ce soutien de la BID est encore plus salutaire quand on se réfère à la conjoncture post-séisme. L’année 2010 était cruciale pour toute l’industrie de l’assurance, qui a dû faire face à un événement catastrophique pour toute une génération : le tremblement de terre du 12 janvier. Grâce à la bonne gouvernance, la AIC a été en mesure d’honorer toutes ses réclamations après le tremblement de terre de 2010.

« Nous nous estimons récompensés que les Haïtiens découvrent l’assurance comme un instrument de bien-être . Mais surtout, nous apprenons tous qu’une culture de prévention nous renforce dans un environnement fortement exposé au risque. Le prêt de la BID nous aidera à accomplir notre promesse de protection à ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré M. Barrau PDG de l’AIC qui ne cache pas sa fierté d’être le premier partenaire du secteur privé de la BID en Haïti.

« Pendant 10 ans, nous avons offert aux Haïtiens un coup de main pour protéger leur bien-être, en leur fournissant des outils pour atténuer les risques et pour vivre avec un filet de sécurité. Ce soutien nous permettra de continuer sur la voie du succès, celle-là même que nous avons suivie pendant notre première décennie et qui nous permettra d’accroître l’impact positif sur nos principaux partenaires », a expliqué le principal dirigeant de l’AIC dans un communiqué de la BID.

De son côté, Rahul Desai, chef d’équipe du projet OMJ au sein de la BID, soutenant l’appui financier de la Banque régionale à la AIC, a fait savoir que : « La BID a décidé de soutenir l’AIC en raison de son rôle central dans la construction d’un secteur assureur viable en Haïti ainsi que dans l’extension des produits d’assurance destinés aux secteurs les plus vulnérables de la population ».

La BID appuie le développement du secteur privé en Haïti de plusieurs façons. L´une d´elles est par exemple l’expansion des services financiers pour les entreprises et les ménages. L´assurance est d´ailleurs un secteur à fort potentiel de croissance. Le total des primes ne représentent environ que 0,5% du PIB d’Haïti, soit à peu près un tiers de la moyenne de l’Amérique latine et des Caraïbes, souligne le communiqué de la BID.

« Le renforcement des entreprises comme AIC complète le travail acharné que mène le gouvernement haïtien pour améliorer le climat des affaires et réduire certains des obstacles réglementaires associés aux prêts et investissements dans le pays », a conclu pour sa part le représentant de la BID en Haïti, M. Eduardo Almeida.

Voir en ligne : www.lenouvelliste.com

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 722 / 283318