Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

GRAHN-Haïti et GRAHN-Monde lancent "Haiti-Economie 2013"

vendredi 26 avril 2013 par Bill

"Haiti-Economie 2013" est le thème d’une nouvelle conférence du GRAHN en Haiti. Elle sera lancée, au Karibe, dans la soirée du mercredi 1 mai et durera jusqu’au 3 mai."

GRAHN-Haïti et GRAHN-Monde lancent l’appel le plus large aux compatriotes de partout ainsi qu’aux amis d’Haïti à venir contribuer à ses assises", selon une documentation fournie par le professeur Samuel Pierre.

"L’invitation, selon cette documentation, s’adresse aux participants de divers horizons, notamment aux professionnels et intervenants du secteur économique et des affaires, et aussi du monde académique et de l’Administration publique".

"C’est d’un grand choc d’idées, suivi d’engagements dans l’action, que se révélera la voie permettant de créer la richesse sans arrêt afin de changer la vie pour de bon pour les générations à venir",croit GRAHN.

L’incapacité de créer la richesse ;
l’affaiblissement considérable de l’appareil d’État ;
la dégradation considérable de l’environnement ;l’appauvrissement continu de la population ;
l’exode accéléré des cerveaux ;
le dépendance quasi-totale envers l’extérieur ; la réduction considérable de la souveraineté nationale ;
l’exclusion sociale, notamment en regard des paysans, des jeunes et de la diaspora seront debattus.

Ces attributs révèlent la ruine d’une économie au déclin continu, surtout pendant les cinquante dernières années, et ce, malgré de rares moments de pâle éclaircie. Pour peu qu’on tienne compte du jeu des interactions entre les douze défis, on peut affirmer qu’ils représentent collectivement la résultante de l’anémie persistante de l’appareil productif haïtien, dont le taux de croissance annuel n’a que très rarement dépassé 5% sur le dernier demi-siècle, et timidement encore.

Une telle situation n’a pas manqué de susciter une réflexion exprimée, au fil des ans, dans de nombreux travaux et analyses destinés à éclairer la dure réalité socioéconomique d’Haïti. Malheureusement, ces efforts n’ont pas pu être utilisés de manière coordonnée et efficace pour déterminer et appliquer des solutions favorables au développement économique du pays et, éventuellement, à son développement humain.

C’est pour alimenter cette réflexion devancière multiple et participer à son prolongement dans l’action porteuse que GRAHN-Haïti et GRAHN-Monde entreprennent aussi et surtout de lancer Haïti-Économie’2013, selon cette documentation. C’est une initiative qui inaugure une série de rencontres biennales que le GRAHN compte organiser en Haïti même au cours des vingt prochaines années autour de questions ayant trait à l’économie, aux affaires et au développement en général.

Ce faisant, le GRAHN poursuit sa stratégie de réflexion permanente structurée et organisée, franche, ouverte et inclusive qu’elle avait révélée en mars de l’année dernière avec l’événement Haïti-Éduc’2012 puis, en octobre, avec l’événement Haïti-Santé’2012.

À l’instar des deux événements qui l’ont précédé, Haïti-Économie’2013 ne vise pas un travail théorique. Son objectif premier, par rapport au réel économique haïtien, est de chercher des pistes de solution à des problèmes essentiels, comme les douze défis évoqués tantôt. C’est aussi pour offrir aux participants un espace de dialogue franc et inclusif, d’échanges et de réseautage où ils pourront (i) mettre en commun leur expérience et savoir-faire pour apprendre les uns des autres et (ii) s’imprégner des analyses et recommandations contenues dans les documents précurseurs issus des secteurs public et privé, du GRAHN et d’autres acteurs, pour les traduire dans leur pratique quotidienne.

"Haïti-Économie’2013" devra aboutir à des résultats concrets comme : (i) création d’un « Réseau Haïti Économique » similaire à celui créé pour le secteur santé, (ii) création d’une Bourse de sous-traitance, (iii) création d’un fonds d’investissement et de développement, (iv) mise en place d’un Groupe d’experts en vue d’élaborer, en partenariat avec les dirigeants, un Plan national de développement pour les 25 prochaines années, (v) signature de conventions avec les ministères à vocation économique afin de leur fournir un support visant à dynamiser leur fonctionnement, etc.

Parmi les questions fondamentales à discuter, il faut citer les suivantes :
comment imprimer à l’économie des taux de croissance suffisamment robustes -des taux à deux chiffres (10 % et plus)- pour changer la vie, c’est-à-dire pour, de façon profonde et durable, améliorer les conditions d’existence de la population, raffermir la viabilité et la souveraineté de l’État, réduire progressivement le poids de l’aide internationale dans le budget national et, du coup, améliorer sensiblement le classement du pays au niveau de l’Indice de Développement Humain ?

Quel plan de développement, étalé sur 20 à 40 ans selon une stratégie cohérente, peut renforcer et mobiliser nos ressources humaines, matérielles et financières afin de créer les emplois et la richesse en quantité suffisante, tout en évitant d’exacerber les disparités économiques et d’entraver la cohésion sociale ?

Roberson Alphonse


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 176 / 272714