Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

D’éminentes personnalités canadiennes en Haïti

jeudi 29 novembre 2012 par Bill

Une importante délégation canadienne conduite par l’envoyée spéciale de l’Unesco en Haïti, Michaëlle Jean, séjourne au pays du 27 novembre au 4 décembre 2012. Cette mission est en visite de prospection dans le pays.

La visite vise à rechercher des partenariats aptes à appuyer Haïti en vue de participer au développement du pays principalement à la suite du passage de l’ouragan Sandy. À la demande des autorités haïtiennes Michaëlle Jean a alerté le maire de Québec, Labeaume, de l’état déplorable de la caserne de Port-au-Prince, dévastée par le séisme du 12 janvier 2010. Cet espace sert toujours de quartier général à plus d’une centaine de sapeurs-pompiers sous-équipés et en manque de formation. Le maire de la capitale québécoise a convié Richard Poitras, directeur du Service de protection contre les incendies, et Marika Vachon, architecte coordonnatrice du Service de gestion des immeubles de la ville de Québec à se joindre à lui pour examiner les infrastructures et les équipements de leurs homologues à Port-au-Prince.

Au cours de sa visite, le maire de Québec, Régis Labeaume, s’engage à mener une campagne de financement pour redonner à la capitale haïtienne un service d’incendie capable de répondre convenablement et avec professionnalisme aux urgences, lit-on dans une note parvenue au journal.

Sylvie Beauvais, Alain Charpentier et Gilles Surprenant, qui sont dépêchés par la Cité collégiale d’Ottawa, auront pour mission d’évaluer les besoins en formation des sapeurs-pompiers haïtiens. Un plan d’action sera élaboré par la Cité collégiale en partenariat avec des établissements d’enseignement en Haïti afin d’assurer la pérennisation de la formation et le transfert des connaissances. L’institution d’enseignement collégial offre plusieurs programmes en services d’urgence, dont un en service d’incendie. Leur engagement répond au souhait émis par le commissaire principal du Service national d’incendie d’Haïti, M. Donald Grégory William.

Par ailleurs, Moshe Safdie, architecte canadien de renommée internationale, prendra connaissance des travaux et chantiers en cours au pays afin de mettre à profit son génie et son expérience. D’un autre côté, Jean-François Fountaine, président de la Fédération des industries nautiques de France et P.D.G. de l’importante entreprise française de construction de catamarans Fountaine-Pajot, sondera en Haïti la création de services aux plaisanciers naviguant sur la mer des Caraïbes et le développement des métiers de la mer totalement sous-exploités.

Pour sa part, Francesco Bandarin, sous-directeur général de l’Unesco pour la culture, examinera les travaux et projets des autorités haïtiennes menés en partenariat avec l’organisation internationale pour la valorisation des trésors patrimoniaux et culturels d’Haïti, que ce soit le centre historique de Jacmel ou le Parc national historique dans le Nord du pays qui abrite la plus grande forteresse de la Caraïbe, la Citadelle Laferrière, de même que le Palais Sans Souci et le site des Ramiers classés Patrimoine mondial.

Michaëlle Jean se réjouit d’une telle volonté d’appuyer les efforts en marche en Haïti. Selon elle, toutes ces personnes croient en la capacité de la population de se relever. « Chaque membre de la délégation découvrira le riche potentiel et les trésors inestimables qui ne demandent qu’à être exploités pour assurer en Haïti des emplois et des conditions de vie décentes pour un meilleur avenir où résident près d’un million de personnes. Prévenir, c’est éviter de nouvelles hécatombes », a dit Mme Jean.

Pour l’ex-gouverneure générale du Canada, les défis sont nombreux. Elle soutient que le chantier est immense. « Des progrès ont été enregistrés à ce jour et la délégation aura l’occasion de constater certaines réalisations dont les travaux en cours pour la reconstruction du centre historique de Jacmel ; le tout nouveau campus de l’Université d’État d’Haïti à Limonade, qui accueille depuis peu 2 000 étudiants ; le parc industriel de Caracol », a-t-elle ajouté.

Parallèlement, l’envoyée spéciale de l’Unesco participera, à l’invitation de l’Agence universitaire de la Francophonie, à l’inauguration de deux campus numériques, dont l’un à l’Université d’État d’Haïti et l’autre à l’Université Quisqueya, qui aura lieu le 3 décembre. Ces campus font partie du plan d’enseignement numérique à distance pour Haïti. C’est une contribution au renforcement de l’enseignement supérieur et permettent aux professeurs comme aux étudiants d’avoir accès à des ressources et à des services offerts en ligne par les institutions associées.

Amos Cincir

mcincir@lenouvelliste.com


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 192 / 265908