Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

CARICOM :Lancement de la stratégie d’aide au commerce à Port-au-Prince

jeudi 13 juin 2013 par Bill

Le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce, Pascal Lamy, est dans nos murs, cette semaine, pour participer à un événement régional d’importance : le lancement de la stratégie d’aide pour le commerce de la Communauté caribéenne (Caricom). Haïti, qui assure la présidence de la Caricom jusqu’à la fin de ce mois, a accueilli, lundi, pour la première fois cette activité.

La région de la Caricom fonctionne aujourd’hui en dessous de son potentiel commercial. Et son poids dans le commerce mondial est en déclin. Les 15 pays de cette organisation s’engagent dans ce contexte pour une plus grande "présence sur le marché" international. A l’hôtel Oasis, ce lundi, le gouvernement haïtien, de concert avec le secrétariat général de la Caricom, a procédé au lancement de la stratégie d’aide pour le commerce.

Ce programme vise à favoriser le financement par les pays développés et agences multilatérales de financement aux pays en développement pour renforcer leur participation au système de commerce multilatéral. Un pourcentage significatif de cette aide est disponible sous forme de prêt et est de plus en plus canalisée à travers les institutions financières de développement.

« Seule une offre exportable diversifiée des pays de la CARICOM peut réduire la vulnérabilité de la région face aux chocs externes, notamment la volatilité des prix des matières premières et la demande fluctuante pour les principaux produits d’exportation », a reconnu le président Michel Martelly dans ses propos de circonstance.

Depuis 2010, les chefs d’Etat et de gouvernement s’étaient mis d’accord sur l’élaboration de cette stratégie régionale d’Aide au commerce. Le président Martelly a proposé, en ce sens, aux membres de la Caricom de trouver des solutions permettant de lever les obstacles liés, par exemple, à la mauvaise infrastructure relative au commerce et à la connectivité ; aux lacunes de l’offre exportable ; au peu de dynamisme du secteur privé, et à la faible capacité des États membres à accompagner les initiatives de libéralisation du cadre réglementaire et de promotion du commerce.

Le rôle du secteur privé sera d’autant plus important que la prochaine étape en ce qui concerne la stratégie consistera en l’identification des secteurs non-traditionnels à haut potentiel d’exportation. Mais l’implémentation de ce programme dépendra aussi de l’appui des institutions multilatérales, notamment l’Organisation mondiale du commerce. " Entre des intérêts nationaux souvent divergents, l’OMC est la seule à pouvoir réaliser cette jonction combien nécessaire à toute politique visant à tirer profit du système commercial multilatéral ", a fait remarquer le ministre du Commerce, Wilson Laleau.

L’aide des donateurs ne sera pas diminué de, selon le directeur général de l’OMC, Pascal Lamy. "Nous apprécions que la région ait pu définir sa propre stratégie. Mais elle devra maintenant l’implémenter et en faire le suivi. Loin d’être automatique, il s’agit là d’une étape qui requiert beaucoup de ressources ", a souligné le numéro un de l’OMC.

Parmi les les secteurs importants ciblés par les pays de la Caricom figurent le transport maritime, les technologies de l’information et de la communication, le commerce des services. Ils ont également identifié comme étant hautement prioritaires la facilitation des échanges, la mise en oeuvre d’accords de commerce extérieur, les mesures sanitaires et phytosanitaires et la mise en place d’un fonds pour le financement des infrastructures.

Deux panels de discussion ont été tenus lors de ce forum autour des mécanismes à appliquer pour la mise en oeuvre de cette nouvelle stratégie régionale.

Carl-Henry CADET


Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 153 / 278522