Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Une fédération pour redynamiser la filière du riz

mercredi 18 avril 2012 par Bill

Les producteurs et productrices de riz des départements du Nord, du Nord-Est, de l’Artibonite, de l’Ouest et du Sud - les cinq régions productrices de riz dans le pays - n’entendent plus assister les bras croisés à la détérioration de la filière. Ils ont créé une fédération en vue de défendre leurs droits et faire la promotion du riz local.

Haïti : La Fédération nationale des producteurs de riz (FENAPRIH) a été lancée le samedi 14 avril 2012 à Petite-Rivière de l’Artibonite. Plus de 50 délégués venus des cinq régions productrices de riz du pays ont signé les statuts de l’organisation. Ils ont ainsi pris l’engagement de travailler à la redynamisation de la filière du riz, en chute libre depuis des décennies.

Les délégués ayant participé à l’assemblée générale de deux jours de la FENAPRIH ont, dans une déclaration finale, dénoncé le manque d’attention des autorités haïtiennes au secteur agricole qui représente pourtant 25% du PIB et crée près de 50% des emplois disponibles dans le pays. Pour preuve, Haïti est, après le Japon et le Mexique, le 3e pays importateur de riz du monde. 400 000 tonnes de riz évaluées à 240 millions de dollars américains sont importés par les Haïtiens chaque année. « Un manque à gagner énorme pour la filière locale du riz », a souligné le président de Conseil national de la FENAPRIH, Pierre Richard Santard.

Les producteurs de riz en ont profité pour encourager le gouvernement haïtien et le Parlement à adopter des mesures en vue de relancer la filière du riz, en décrescendo depuis environ trois décennies. « Outils agricoles, engrais, semence, crédit adapté au secteur, investissement dans les infrastructures agricoles » sont quelques-unes des revendications des producteurs et productrices de riz.

« La concurrence avec le riz importé et subventionné des pays producteurs (USA...) ; la libéralisation du marché des produits agricoles ; les risques d’inondation et de pertes des récoltes dans les zones de production (effets du changement climatique) ; la diminution des espaces cultivables ; la promotion dans les médias d’Etat pour les produits importés au détriment de la production nationale » soit entre autres les problèmes qui, d’après les délégués, de la FENAPRIH, déstabilisent la filière du riz.

« Nous décidons maintenant d’investir dans la production locale », a affirmé le secrétaire d’Etat à la production animale, Fresner Dorcin, qui a pris la parole à la cérémonie au nom du ministre de l’Agriculture, Hébert Docteur. En réponse aux revendications des planteurs, M. Dorcin a précisé que la réforme de l’Organisme de développement de la vallée de l’Artibonite (ODVA) constitue l’une des priorités du ministère. Il a par ailleurs annoncé pour bientôt la réhabilitation de toutes les fermes agricoles du pays.

En dépit des problèmes soulevés, les planteurs de riz regroupés au sein de la FENAPRIH estiment que la filière offre de grandes opportunités. Ils saluent la volonté des planteurs pour investir dans la production du riz ainsi que le travail de plaidoyer réalisé par des groupes organisés de la société civile. Le début de l’offre de services agricoles par les organisations locales (semences, labourage, crédit...) ainsi que le programme « Achte lokal » de certaines organisations internationales, dont le PAM, sont considérés par les planteurs comme étant un signe d’espoir.

L’ONG OXFAM est l’un des partenaires privilégiés de la Fédération nationale des producteurs de riz. « La mission de la FENAPRIH étant de faire le plaidoyer pour la production locale, particulièrement la production rizicole, l’Oxfam est fort heureuse de travailler en étroite collaboration avec cette nouvelle entité », a déclaré Tony Joseph, responsable de plaidoyer et recherche à OXFAM. Il rappelle que l’organisation travaille dans la vallée de l’Artibonite depuis plus de 10 ans et accompagne les planteurs de riz dans le domaine de la production, de la transformation et de la commercialisation de ce céréale.

Jean Pharès Jérôme

Voir en ligne : www.lenouvelliste.com

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 1426 / 248141