Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Soutenir les petites et moyennes entreprises en Haïti !

mardi 1er avril 2014 par Bill

Dans le cadre d’un partenariat entre le Bureau international du travail (BIT) et l’Action pour la coopération avec la Microentreprise (ACME), vingt jeunes ont reçu une formation sur la méthodologie « Gérer mieux votre entreprise » (GERME). Après deux mois de formation intensive, les mentors ont reçu la mission de former plusieurs centaines de clients de la ACME sur la gestion des entreprises.

C’est dans un climat d’émotion intense que s’est tenue la cérémonie de remise de certificats aux vingt formateurs au local de l’ANIMH à Pétion-Ville le 28 mars 2014. En présence du maître formateur, le Sénégalais Bamba Fall, responsables et formateurs n’ont pas manqué de faire l’éloge d’un tel accomplissement. « Gérer mieux votre entreprise » est un programme qui existe dans plusieurs pays en développement. Il est arrivé enfin en Haïti. L’objectif premier, si l’on en croit le directeur général de la ACME, Sinior Raymond, est d’aider les entrepreneurs du pays, plus particulièrement ceux de la ACME, à renforcer leurs compétences dans plusieurs domaines de la gestion d’entreprise notamment : marketing, gestion des stocks, calcul des coûts, approvisionnement, comptabilité, planification financière.

Plusieurs étapes ont été franchies. Les formateurs ont reçu d’abord une formation de deux semaines à Port-au-Prince avant de se rendre dans plusieurs villes de province en vue de la dupliquer. Ainsi, cent entrepreneurs dans quatre départements géographiques du pays ont déjà suivi des cours dans le cadre de ce programme. Tout a été pris en compte par l’entreprise financière avec le support du Bureau international du travail.

Le recrutement a été effectué sur une base d’excellence. Après chaque phase, le professeur formateur a jugé opportun qu’il y ait une phase de consolidation des acquis. Ce qui a permis aux vingt formateurs de mieux assimiler les notions apprises au cours de multiples séances. Avec ces récipiendaires, l’institution financière compte donner un essor particulier aux petites et moyennes entreprises. En quelques semaines, ces derniers ont déjà fait leur preuve. Quarante entrepreneurs à Port-au-Prince, vingt àSaint-Marc, vingt aux Cayes et vingt entrepreneurs à Hinche ont déjà bénéficié de cette formation. L’objectif est de former, selon Rénold Telfort, président de la ACME/ASBL, plus de dix mille entrepreneurs au cours des dix prochaines années.

Le coordonnateur du Bureau international du travail en Haïti, Julien Magnai n’a pas caché sa satisfaction après ces deux mois de formation. Haïti est un pays où l’informalité est très répandue. Selon des informations rendues publiques, le taux d’informalité en Haïti se chiffre à environ 92%. C’est une situation pour le moins chaotique. Rien n’est sous contrôle. Dans une telle situation, les autorités fiscales ont du mal à percevoir des taxes de certaines institutions. Ce qui constitue un manque à gagner important pour le pays. Par le biais de ce programme, le responsable du BIT espère réduire, au cours des vingt prochaines années, de plus de 20% le taux d’entreprises informelles dans cette partie de l’île.

Le directeur de la ACME a remercié tous ceux qui ont rendu possible un tel programme. C’est, selon lui, un pas important qui a été franchi dans ce domaine. Aussi, promet-il de continuer sur cette lancée afin que les entrepreneurs du pays puissent avoir vraiment la capacité de bien gérer leurs entreprises. Le développement du pays, dit-il, est tributaire des entrepreneurs bien formés. Dans cet ordre d’idées, ces derniers sauront comment mettre en œuvre leurs projets en vue de la création de richesses et par ricochet, la création d’emplois décents et de revenus.

Les formateurs n’ont eu que des propos élogieux à l’endroit des promoteurs de cette activité et à l’endroit de M. Fall. « Plus le programme est répliqué, mieux cela vaudra pour le pays », ont-ils affirmé. Ce programme, selon un bénéficiaire, ne peut qu’être bénéfique pour Haïti. « Tout indique que ce dernier germera et portera de bons fruits », a-t-il fait savoir.

Le programme GERME est conçu dans le but de renforcer la capacité des entrepreneurs qui sont les épines dorsales du développement de tout pays. Ce programme existe dans une cinquantaine de pays et constitue l’un des plus importants programmes de management au monde. Il compte plus d’un million de formateurs à travers le monde.

Jose Flecher
jflecher@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Le Nouvelliste

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 145 / 240767