Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Les jalons du développement des assurances

mardi 8 mai 2012 par Bill

Haïti : Pionnier du secteur privé des banques, Carl Braun a investi un autre pan du secteur financier : les assurances. Le séisme de 2010 a été un tournant pour ce secteur, peu connu du grand public. « Depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, beaucoup d’Haïtiens ont réalisé l’importance des services d’assurance de qualité. Ils veulent connaître davantage leur assureur », a fait remarquer le patron de la Uniassurances.

Ce changement d’attitude des consommateurs est particulièrement dû à la mésaventure de plusieurs personnes et institutions qui se sont retrouvées seules suite à la catastrophe devant la perte de leurs biens quoiqu’elles fussent assurées. Non encore remboursée, cette perte évaluée à 30 millions de dollars américains au total a aussi révélé les limites de la régulation dans le secteur. « C’est criminel que l’Etat n’a rien fait pour aider ces personnes à récupérer leurs primes d’assurance », a commenté le numéro un du Groupe financier national, intervenant sur les ondes de Radio Magik 9.

Transparence

Pour rétablir la confiance dans ce marché sérieusement ébranlé par le séisme de 2010, les compagnies d’assurance doivent désormais non seulement garantir la solidité financière de leurs activités, mais aussi leur transparence, de l’avis de Carl Braun. Aussi a-t-il présenté la Uniassurances comme un assureur modèle, le premier dans l’histoire du secteur en Haïti à jouer cartes sur table, en publiant son bilan audité. « Si le système bancaire gère aujourd’hui 3,3 milliards de dollars d’épargne, c’est bien parce qu’il évolue dans la transparence », a-t-il signalé, invitant les compagnies d’assurances concurrentes à suivre l’exemple de la UniAssurances. D’ailleurs, n’est-ce pas la Unibank qui avait donné l’exemple aux autres institutions bancaires à publier leurs états financiers audités et leur rapport annuel complet ? », a rappelé Braun.

Solidité

Le patron de la première banque du pays avec 40% des déposants du système a plaidé pour une plus grande protection des clients dans le secteur des assurances. « Une compagnie d’assurances peut être créée avec un capital initial de 1 250 000 gourdes, selon la législation en vigueur. Mais quel risque peut-on couvrir avec un aussi maigre montant ? Aucun risque sérieux », a lâché le financier. Selon lui, en matière d’assurances, la solidité et la confiance vont de pair car le capital social de l’assureur représente le premier niveau de garantie du client. « Pourtant, la sous-capitalisation a été une condition presque constante dans le secteur pendant les 30 dernières années », a critiqué Carl Braun, fier non seulement du niveau de surcapitalisation de la UniAssurances mais aussi de sa batterie de réassureurs mondiaux.

Compétition

« Je souhaite l’ouverture du marché des assurances », a déclaré le patron de la Unibank, favorable à une compétition semblable à celle qui a favorisé l’essor du système bancaire au cours des dernières années. Conformément à la loi en vigueur datée de 1967, l’Etat détient quasiment trois monopoles dans le secteur avec l’ONA, l’OFATMA et l’OAVCT. Mais ces institutions ne tiennent pas toujours leurs engagements envers les assurés, alors que des compagnies d’assurances privées seraient disposées à offrir de meilleurs produits dans ces segments du marché, a fait remarquer Braun.

Dans ce contexte, le banquier recommande à l’Etat de fonctionner davantage avec transparence que sur la force de son monopole légal. D’ailleurs, la libre concurrence dans ces activités dominées encore par un monopole public permettrait de drainer une épargne importante, capable de financer des projets utiles à l’économie. « Le flux de primes reçues mensuellement par la compagnie d’assurances sur ces lignes de produits pourrait être réinjecté dans l’activité économique », a expliqué le financier. Contrairement aux assurances AIRD (Accidents, incendies, risques divers) dont seuls les profits peuvent être réinvestis, les primes de la branche vie peuvent être investies à très long terme dans des projets socioéconomiques. « C’est l’innovation que la Uniassurances s’apprête à faire en envisageant d’accorder des services d’assurance capitalisation », a annoncé le financier, assurant que les profits seront réinvestis dans le pays.

Régulation

« S’il peut y avoir de la transparence, de la solidité et de la compétition dans le secteur, la confiance viendra », a soutenu le patron de la UniAssurances. Mais à condition que l’administration publique joue sa partition par la mise en place d’une loi-cadre, d’une supervision réelle et effective, a-t-il expliqué. D’après l’assureur, beaucoup d’avancées sont faites à travers la nouvelle législation en cours d’élaboration. « A date, nous ne sommes pas encore arrivés à une conclusion mais la voie est là », a-t-il reconnu. Pour apporter sa vision du secteur, la Uniassurances projette d’entrer dans l’Association des assureurs d’Haïti mais attend un plus grand sens de transparence et de professionnalisme dans cette institution qui, selon lui, doit aussi apporter sa pleine contribution au développement du secteur.

« Si la législation pouvait entrer en vigueur d’ici la fin de cette année, ce serait une grande avancée pour le pays », a commenté le patron de la UniAssurances. Le secteur des assurances est en effet en passe d’être renforcé par la mise en place d’une nouvelle législation. Deux avant-projets de loi-cadre sont aujourd’hui en cours d’élaboration au niveau du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF). L’un consiste en l’établissement d’un cadre réglementaire adapté au contexte actuel et l’autre vise à la création de l’Organisme autonome de supervision et de contrôle des assurances (OASCA), l’institution de régulation et de réglementation du secteur. Ces deux textes devraient, selon la conseillère technique du MEF, Rose Lourdes Elysée, être soumis au gouvernement au cours de ce mois de mai.

Carl-Henry CADET

aloccarlo@hotmail.com

Voir en ligne : www.lenouvelliste.com

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 1114 / 248141