Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Le Ministère de la planification prendra le relais de la CIRH

dimanche 1er avril 2012 par Bill

Haïti : Le gouvernement haïtien a proposé le ministère de la planification et de la coopération externe (MPCE) comme le nouvel homologue du Fond de reconstruction d’Haïti (FRH). Cette décision a été prise par le comité de pilotage de la FRH, lors de sa huitième réunion, tenue le 30 mars 2012.

Avec la fin du mandat de la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) le 21 octobre 2011, une nouvelle entité devait être désignée par le Gouvernement haïtien comme Homologue du FRH. « Ce sera le ministère de la Planification », a annoncé le ministre de l’Economie et des Finances, André Lemercier Georges, également président du comité de pilotage du FRH, en marge de ladite réunion. Ce choix pourra être validé une fois que les procédures auront été établies et approuvés.

« Le projet de prorogation de la CIRH n’étant pas encore voté, il faut continuer tout de même avec le processus de la reconstruction », a déclaré le ministre des Finances. Le vide laissé par la CIRH bloque le travail du FRH en tant qu’entité de financement chargée de mobiliser, de coordonner et d’attribuer les contributions des donateurs internationaux dans le cadre de la reconstruction nationale, a-t-il expliqué. Or, d’octobre 2011 à aujourd’hui, le FRH (dont le mandat s’achèvera en décembre 2017) a continué de recevoir des contributions de ces bailleurs et dispose actuellement de fonds non encore alloués ».

Dans ce contexte, le MPCE pourrait prendre le relais de la CIRH pour revoir, approuver et soumettre les requêtes de financement pour décision finale au conseil des ministres, et transmettre ces décisions au FRH. Le président du comité de pilotage inscrit ce choix dans le cadre du renforcement des institutions étatiques. La mission du MPCE est de coordonner l’aide externe de façon à ce que cette dernière s’intègre dans la planification nationale, a-t-il rappelé. Avant d’ajouter : « Nous réfléchissons actuellement sur un horizon non pas d’urgence mais de long terme pour la reconstruction. A cet effet, il faut renforcer nos capacités institutionnelles ».

La vision à long terme du développement d’Haïti, exprimée dans le Plan d’action pour le relèvement et le développement d’Haïti (PARDH), consiste à transformer la catastrophe du 12 janvier 2010 en une opportunité pour qu’Haïti devienne un pays émergent d’ici 2030. Dans cette perspective, le MPCE est en train d’élaborer un cadre stratégique de développement national. « Dans un premier temps, un plan pluriannuel sera établi pour la période du mandat de l’administration de Martelly, avec des projets bien déterminés », a informé le ministre Lemercier Georges. Et c’est dans le cadre de ces projets que le MPCE jouera son rôle avec le support des ministères sectoriels et des partenaires internationaux ».

« Cela dit, le MPCE n’est pas un ministère d’exécution, a précisé le grand argentier de la nation. Ce ministère s’occupe essentiellement de la coordination, du suivi, de l’évaluation et de la planification des activités gouvernementales ». « Actuellement, nous préparons un projet de loi pour la création de l’Agence nationale de la reconstruction ». Selon le ministre de l’Economie, cette entité, prévue dans le PARDH pour poursuivre les fonctions de la CIRH à la fin de son mandat, aura une mission beaucoup plus large car elle sera impliquée dans la mise en oeuvre des programmes et projets.

Le 31 mars 2010, la communauté internationale avait pris l’engagement d’aider Haïti à hauteur d’environ 10 milliards de dollars américains, lors de la conférence des bailleurs de fonds sur la « Reconstruction d’Haïti », tenue au siège des Nations Unies à New York. Deux ans plus tard, seulement 53% des 4,5 milliards promis pour la periode 2010-2011 ont été effectivement décaissés, selon le bulletin Hiver 2011/2012 de la FRH. De ce montant évalué à 2,38 milliards de dollars, le FRH n’a reçu que 16 %, a déploré Josef Leitmann, gestionnaire de cette institution qu’il présente comme la plus grande source de financement non programmé pour la reconstruction d’Haïti. Le comité de pilotage du FRH a reçu à date 396 millions de dollars. 275 millions de dollars ont été allouees pour 19 projets. « Nous disposons actuellement de 121 millions de dollars pour allocation dans le cadre du nouveau processus", a-t-il indiqué.

Dans un contexte de stabilité politique, la volonté des bailleurs à respecter leurs engagements est plus manifeste, a souligné, par ailleurs, Josef Leitmann. Si les contributions des partenaires internationaux continuent malgré l’instabilité politique actuelle, leur rythme a considérablement diminué, a fait remarquer le gestionnaire de la FRH. « Après la nomination de Garry Conille au poste du Premier ministre, la FRH avait reçu une contribution de 50 millions de dollars, mais, actuellement avec son gouvernement démissionnaire, nous n’avons pas de promesse de contribution », a-t-il ajouté.

Carl-Henry CADET

Voir en ligne : www.lenouvelliste.com

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 1593 / 240767