Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Des leaders emblématiques honorés au forum « Haïti numérique 2030 »

mercredi 3 août 2016 par Bill

Le Forum Haïti numérique 2030 a honoré une cinquantaine de personnalités emblématiques dans le monde des TICs en Haïti. « Le numérique, un levier de croissance en Haïti », a été le thème de ce forum visant à sensibiliser et réunir les différents acteurs et spécialistes du secteur des technologies, pour brosser un panorama des questions liées au développement sur l’impact social des TIC en Haïti.

Haitian Caribbean Information and Technology Council (HACARABTECH) et Haititechnews ont mis l’emphase sur les principaux progrès du numérique en Haïti entend le présenter comme vecteur de développement socio-économique et politique d’ici à 2030. Au cours d’une conférence organisée le jeudi 28 juillet à l’hôtel Royal Oasis, des personnalités de tout acabit se sont réunies pour promouvoir ce secteur. En marge de ce forum, des personnalités emblématiques ont été honorées pour leur engagement dans le monde des nouvelles technologies en Haïti.

Pour la catégorie senior : Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste ; Nesmy Manigat, ex-ministre de l’Éducation nationale ; Jerry Tardieu, député de Pétion-ville ; l’économiste Kesner Pharel ; Jean Marie Altéma, directeur du CONATEL ; Benjamin Boggess, Björn Strandberg ; Max Larson ; Georges Bossous Jr ; Marc-Arthur Pierre-Louis ; Schallum E-Pierre, Bota Wany P. Joseph ; les professeurs Samuel Pierre, Raymond Noël, Guy Étienne et Patrick Attié ; Reynold Guerrier ; Jean Junior Joseph et le Dr Wesler Devesin. Pour la catégorie féminine on peut citer : Roxane Ledan ; Chantal Élie ; Alice Backer ; Daniella Bien-Aimé ; Anne Martine Augustin ; Mireille Lafalaise ; Laurette Backer ; Amélie Baron ; Jacqueline Charles et Yveline Clerveaux. Et dans la catégorie des jeunes leaders figurent Fito Damour, Ralph Pierre Penel, John Fritz Moreau, Clifford Timothée, François G. JEAN-ENARD, Max Gybert Lyron, Carel Pedre, ainsi que Stéphane Vincent (responsable du e-gouvernance à la Primature) ; l’économiste Marc-Alain Boucicault (coordonnateur de Elan Haïti) et le journaliste Amos Cincir (président du Gouvernement Jeunesse d’Haïti).

À en croire le président de la Haitian Caribbean Information Technology Council (HACARABTECH), la révolution numérique est un relais de croissance et les entrepreneurs de la digitale sont les explorateurs des temps modernes. Henry Beaucejour parle de la révolution économique comme un défi que doit relever Haïti. Un défi qui selon lui, constitue un immense gisement d’opportunités pour ceux qui sauront s’adapter en exploitant les mutations en cours. Henry Beaucejour explique que la révolution numérique est devenue en quelque sorte la 4e grande révolution technologique que nous traversons, après celles de l’imprimerie à la fin du XVe siècle, la machine à vapeur à la fin du XVIIIe siècle, et l’électricité à la fin du XIXe siècle.

Le directeur général du Conseil national des télécommunications, Jean Marie Altéma, a pour sa part fait remarquer la vitesse astronomique à laquelle la technologie évolue aujourd’hui. La technologie, précise le DG, facilite l’échange immédiat des informations. Jean Marie Altéma explique que le CONATEL se prépare pour l’avènement de nouveaux services, de nouveaux opérateurs et de nouveaux acteurs dans l’écosystème des communications électroniques. L’ex-ministre de l’Education nationale, Nesmy Manigat, insiste sur la cohabitation entre la modernisation et la modernité. Il s’est enorgueilli DE son passage comme ministre, ce qui lui a permis de rénover le système éducatif haïtien via la technologie. Prenant la parole à cette cérémonie, le jeune président du Gouvernement Jeunesse d’Haïti, Amos Cincir, croit que ce forum doit susciter un plus grand débat sur la façon dont les innovations de la technologie peuvent être utilisées.

À entendre M. Cincir, l’évolution de la technologie peut contribuer à la croissance d’Haïti et freiner la constante montée du taux de chômage chez les jeunes. « Or, environ 60 % des chômeurs haïtiens sont des jeunes, une situation qui empire quotidiennement. C’est une réalité inacceptable pour ce pays qui a une telle ressource à savoir la jeunesse, de talent et de créativité. Opportunité majeure pour la prospérité, le poids démographique de la jeunesse pourrait bien se transformer en cauchemar si rien n’est fait rapidement par les décideurs pour répondre à ses besoins et à ses aspirations », a argué M. Cincir.

De son côté, le professeur Patrick Attié, de l’Ecole Supérieure d’Infotronique d’Haïti (ESIH) estime qu’Haïti doit s’intéresser à la Cybercriminalité ou en encore le Big Data. « Il faut cesser de croire que ça concerne que les grands pays », a-t-il laissé entendre. En hommage posthume en mémoire du feu Stéphane Bruno, assassiné en juin dernier, la famille du défunt était venue recevoir le prix posthume décerné au nom de ce très regretté et brillant pionnier des TICs en Haïti. Sous les feux de l’émotion, la femme du disparu, Mica Bruno, dit être fière des accomplissements de son défunt mari dans le monde numérique en Haïti.

Michelson Césaire, mcesaire@lenouvelliste.com

Voir en ligne : Lenouvelliste.com

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 569 / 232973