Haiti Numérique - La revue des Affaires. Economie, Finances et Nouvelles technologies

Caracol : le rêve de 20 000 emplois prendra forme très lentement

jeudi 3 mai 2012 par Bill

Haïti : Ceux qui avaient visité le Nord et le Nord-Est, à la fin de 2011 et au début de cette année 2012, ont constaté toute la propagande, à travers d’énormes panneaux publicitaires faite autour du parc industriel de Caracol, avant parc industriel de la région Nord. Ces messages annonçaient la création de 20 000 emplois au cours de cette année. La réalité en a décidé autrement. Quelle réalité ?

La réalité : pas plus de 1 600 emplois ne pourront être créés d’ici la fin de cette année au parc industriel de Caracol. Elle est décrite à travers de nouveaux panneaux publicitaires qui longent la route nationale # 6 reliant le Cap-Haïtien à Fort-Liberté, en remplacement des précédents. Elle est confirmée par le responsable de l’Unité technique d’exécution (UTE) sur place, Michael De Landsheer.

Les nouveaux panneaux affichés indiquent que la possibilité de 20 000 emplois à Caracol est bien présente. Mais pas avant l’année 2016. Suivant l’agenda confirmé par Michaël De Landscheer, le parc industriel de Caracol devrait accueillir 1 600 emplois d’ici la fin de 2012, 3 800 en 2013, 4 800 en 2014, 5 100 en 2015 et 4 800 en 2016.

Ce calendrier concerne le seul locataire, à date, à avoir signé un contrat avec l’État haïtien. Sae-A Trading co, une firme coréenne, en attente de la livraison des premiers bâtiments construits sur le site. Des discussions sont en cours avec une société de fabrication de meubles et une autre de peinture, mais rien n’est encore décidé.

Pour la seule compagnie coréenne, Sae-A Trading co, une trentaine de bâtiments devront être construits sur le site. Jusqu’au mercredi 25 avril 2012, les ouvriers de la firme dominicaine de construction Estrella, s’activaient à boucler les travaux de finition des cinq premiers immeubles, dont la réception était programmée pour le vendredi 27 avril écoulé. Il s’agit d’un atelier de couture, d’un entrepôt, d’une cantine, d’un bâtiment administratif et d’un bâtiment résidentiel.

C’est l’atelier de couture qui doit démarrer les opérations au parc industriel de Caracol. La réception n’a pas eu lieu comme prévu, le vendredi 27 avril. D’autres travaux de finition restent à faire. Il pourra être remis le 7 mai prochain.

Le bâtiment résidentiel a été remis comme prévu. Le parc industriel de Caracol est aujourd’hui prêt à accueillir les expatriés de la compagnie Sae-A Trading co. construit sur 1 800 mètres carrés ; cet immeuble contient 41 chambres et 5 suites. Toutes meublées.

Les désaccords et inquiétudes

Le parc industriel de Caracol est construit sur 246 hectares de terre sur l’habitation Chabert. Propriété de l’État haïtien, le site a été habité par des paysans dont le nombre exact est difficile à établir. L’UTE parle de 400 personnes. Pour la fédération des chambres d’agriculture du Nord (Fechan), sans avancer de chiffres, le nombre est beaucoup plus important.

Pour dédommager les occupants du site du parc industriel de Caracol, un plan de compensation est mis en place. Dans un premier temps la réparation est d’ordre monétaire. Puis,ce sera « terre contre terre ».

Deux décaissements sont déjà effectués dans le cadre de la compensation dite monétaire. En ce qui à trait à la phase « terre contre terre », un terrain de 440 hectares, appartenant à l’État est identifié à Terrier Rouge, particulièrement sur l’habitation Fond Blanc, pour relocaliser les exploitants du site Caracol.

La propriété de Terrier Rouge n’offre pas les mêmes possibilités que celle de Caracol. D’importants travaux d’aménagement devraient y être effectués. Pour l’instant, aucune date précise n’est fixée pour la relocalisation des anciens exploitants de l’habitation Chabert, site du parc industriel de Caracol.

Le trésorier de la Fédération des chambres d’agriculture du Nord critique les moyens utilisés pour identifier et déterminer le nombre d’anciens exploitants du site. Dugué Ainé déplore le fait qu’aucun avantage n’est offert à ces paysans.

De plus, le trésorier de la Fechan, Dugué Ainé, s’inquiète du risque de pollution de la rivière du Trou du Nord qui traverse le site du parc industriel et qui se jette dans la baie de Caracol.

Jacques Desrosiers

jadesro@yahoo.fr

Voir en ligne : www.lenouvelliste.com

Accueil | Plan du site | Contact | Statistiques du site | Visiteurs : 179 / 240767